Comment devenir une infirmière libérale ?

De plus en plus de personnes sont séduites par la profession d’infirmière libérale. Les professionnels de la santé sont, en effet, nombreux à ne pas souhaiter exercer dans le milieu hospitalier, ou dans des services de soins. Il existe, en effet, plusieurs avantages à pratiquer cette activité en toute autonomie. Mais pour y parvenir, il est essentiel de réaliser certaines démarches, et de prendre le temps de peser le pour et le contre. Nous faisons le point dans cet article.

Quelles sont les particularités du métier d’infirmière libérale ?

Le métier d’infirmière libérale a encore de beaux jours devant lui, mais possède quelques particularités. Pour commencer, il faut savoir que la professionnelle est titulaire d’un diplôme d’infirmier d’État, et doit avoir exercé, au préalable, au moins deux ans dans un milieu hospitalier ou dans un centre de soins.

L’infirmière libérale propose à ses patients des services via un cabinet qui lui est propre, ou qu’elle tient en parallèle avec d’autres collègues qui exercent sous le même régime qu’elle. Il s’agit d’un statut particulier. En effet, cette professionnelle de la santé ne peut pas être considérée comme une salariée. Elle se rapproche plus d’un entrepreneur indépendant qui officie au sein d’une entreprise libérale.

La profession sous ce régime attire de plus en plus de monde, car elle possède de nombreux avantages. En premier lieu, il est question d’organiser soi-même la répartition de son travail, ainsi que l’organisation de ses journées. Cela permet de concilier plus facilement vie professionnelle et vie de famille, par exemple.

La rémunération est également un aspect qui plaît dans le régime d’infirmière libérale. En effet, si les tarifs sont prévus par la Convention nationale des infirmiers, les infirmiers libéraux sont toutefois libres de fixer leurs honoraires.

L’un des autres avantages à exercer la profession sous ce statut est celui de la proximité avec les patients. Le cadre est, en effet, moins aseptisé que celui d’un hôpital. Les visites à domicile sont courantes, ce qui permet notamment à certaines personnes de continuer à vivre chez elles malgré une perte d’autonomie. D’ailleurs, si un de vos proches est concerné, cet article pourrait vous intéresser.

Les démarches à effectuer

Il existe, bien entendu, certaines formalités à remplir pour devenir une infirmière libérale. La première d’entre elles est le choix du lieu d’installation.  Cette étape soulève plusieurs questions, et notamment celle de l’endroit, qui peut être dans une zone sous-dotée ou sur-doté.

L’étape suivante consiste à enregistrer son diplôme auprès de l’agence régionale de santé. Cet organisme recense les professionnels de santé réglementés dans un répertoire national. Cette formalité permet notamment à la professionnelle de la santé d’obtenir son numéro Adeli, qui constitue son identification. Ensuite, il convient d’effectuer son inscription auprès de l’ordre national des infirmiers et infirmières. Il s’agit d’une obligation depuis 2016.

Une fois que le numéro Adeli est obtenu, il convient de réaliser son enregistrement auprès de la CPAM de son département d’exercice. Cette étape est obligatoire, et donne à la future infirmière libérale la possibilité de signer la Convention nationale des infirmiers.

Mais les formalités ne s’arrêtent pas ici. En effet, il est indispensable de déclarer son début d’activité au centre des formalités d’entreprises, ou CFE. Cette étape permet tout simplement d’informer plusieurs interlocuteurs que votre entreprise existe. Elle doit être réalisée dans les huits jours qui suivent la création de votre entreprise.

Enfin, il ne reste plus qu’à vous affilier à la CARPIMKO, qui est tout simplement la caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, pédicures-podologues, orthophonistes et des orthoptistes. Cet organisme d’assurance vieillesse s’adresse tout particulièrement aux auxiliaires médicaux.

Pour finir, avant de vous lancer en tant qu’infirmière libérale, il est impératif de souscrire à des assurances diverses, comme celle du véhicule, du local, ou encore de la responsabilité civile et professionnelle. Ces souscriptions sont obligatoires, et vous protègent en tant que professionnelle de la santé. Pour en savoir plus sur le parcours à suivre, vous pouvez consulter cet article.